1000 ans de liens avec Compostelle

Si Rocamadour s’honore d’être un des plus beaux sites de France et de la région Midi Pyrénées, drainant chaque année 1,2 millions , sa notoriété, au-delà de la beauté de son site, vient de son sanctuaire et de ses mille ans d’histoire !

Son inscription au patrimoine mondial de L’Unesco, l’est au titre des chemins de Compostelle, car ce haut lieu saint du Quercy aura partie liée avec Saint-Jacques-de-Compostelle des le Xl ème siècle.

Les origines du culte de la Vierge de Rocamadour

A Rocamadour, on vient, depuis la nuit des temps, prier sa Vierge à l’enfant (Vierge Noire dont une légende raconte que saint Luc aurait fabriqué l’image de Marie telle qu’il l’avait connue en Palestine).

Le culte de la vierge de Rocamadour d’abord vénéré localement se répandit, dans toute la Gaule. Le pèlerin le plus illustre de cette période serait Roland, le neveu de Charlemagne. Les dévastations du sanctuaire, par les Wisigoths, puis par les Normands, n’auraient laissé aucune trace de ce pèlerinage.

C’est la découverte du corps de saint Amadour à l’entrée de la grotte de la Vierge, en 1166, et les miracles nombreux qui s’en suivirent, qui vont établir la renommée du sanctuaire en Europe.

Surnommé l’amoureux du rocher, ce saint ermite aurait donné le nom au lieu. D’autres légendes racontent que Zachée, dont parle l’Evangile, et sainte Véronique auraient traversés la Méditerranée. Arrivés dans cet endroit sauvage, il se seraient retirés dans une grotte. Zachée serait Amadour lui-même !

En 1170, Géraud d’Escorailles, abbé de Tulle, le plus grand et le plus habile promoteur du pèlerinage de Rocamadour, effectue un pèlerinage à saint Jacques.

En 1172, la notoriété du sanctuaire déjà grande suite à une série de126 miracles ! dûment répertoriés dans son « Livre des miracles » se répandit tout au long du chemin de saint Jacques.

En 1187, le roi de Castille Alphonse Vlll le noble, donne au sanctuaire de Rocamadour, plusieurs biens en Espagne sur le chemin. En particulier Fornelllos à coté de Castrojeriz ainsi que le domaine d’Orbanella à coté du précédent.

En 1201, le roi de Navarre, Sanche Vll, lui donne à son tour un ensemble de rentes à percevoir à Estella sur la route qui mène à saint Jacques. Une légende rapporte qu’il aurait mit son royaume de Navarre sous la protection de la vierge de Rocamadour.

En 1212, La chronique de l’Abbaye des Trois Fontaines affirme même qu’elle mena les chrétiens à la victoire, lors de la bataille victorieuse contre les Maures à Las Nava de Tolosa où le roi de Catille à la tête des armées chrétiennes  fit brandir son étendard sur lequel il y avait l’image de Notre Dame de Rocamadour.

Une légende veut qu’à Palencia l’ermitage de santa-Maria de Rocamador ait été visité par le Cid, fondateur de l’hôpital voisin de saint Lazare.

Au Xlllème siècle, Rocamadour est le plus grand pèlerinage marial occidental. Rocamadour gardera cette prédominance jusqu’aux apparitions de Lourdes et Fatima, accueillant les foules de simples chrétiens comme les plus puissants souverains.

Par exemple, le 2 mai 1244 Louis lX (saint Louis), le roi de France, vient accompagné de sa mère Blanche de Castille, de ses frères et d’une imposante suite royale.

Alain Faucon

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>